Temps de lecture estimé : 6 minutes 0 0 votes Évaluation de l'article Anne LANDOIS-FAVRETAuteur de ce blog et photographe, je vous emmène à la découverte de destinations plus ou moins lointaines, en France et en Europe. Je vous partage mes coups de cœur et mes balades. J’apprécie les street arts et l’architecture. N’hésites pas à me solliciter si vous avez des […]" />
Travel Marmotte Travel Marmotte

Paris – Art42, musée de street arts

Si vous aimez le street art et que vous êtes non loin de Paris, je vous propose de vous rendre à Art42, sinon pour les autres, je vous propose un article ! 🙂 Art42, mais qu’est-ce que c’est ? C’est un musée dédié au street art, mais ce n’est pas un musée comme les autres, il est spécial car il est implanté dans les locaux d’une école, l’école 42. Si cela ne vous parle pas, peut-être que certains d’entre vous connaissent Xavier Niel ? Mais vous connaissez la société Free alors ? Aller, je crois que je vous ai récupéré au vol ! Xavier Niel est le fondateur d’Illiad-Free et avec d’autres associés, il a fondé l’école 42.

C’est une école très différente des autres, c’est un établissement privé d’auto-formation à l’informatique, il n’y a pas de cours magistraux, pas de profs, les élèves se regroupent et apprennent ensemble, pour travailler sur des projets proposés par une équipe pédagogique. Bref, lors de votre visite, vous allez déambuler dans les espaces de travail des élèves, leur monde. La visite est guidée et elle est animée par un élève de l’école, ce que je trouve très sympa et convivial. Pour faire des visites, il faut au préalable se rendre sur le site d’Art42, car il faut réserver un créneau horaire, il y a pas mal de demande, mais c’est totalement gratuit. L’école se trouve dans le nord de Paris au 96 Boulevard Bessières, non loin de la porte de Saint-Ouen. Sur le site il est indiqué que le musée est fermé jusqu’au 17 Octobre 2017 (je suis encore passée tout juste sans le savoir !). Aller, c’est parti pour la visite :

 

On commence le parcours dans le hall, notre guide nous explique tout d’abord un peu le concept de l’école puis nous raconte que des artistes de street arts ont été invités dans l’école pour couvrir certains murs de leurs œuvres. Tout ce que l’on peut voir ici vient de la collection personnelle de Nicolas Laugero Lasserre, le fondateur de l’ICART (Institut des Carrières Artistiques) :

 

On se balade dans les salles de l’école, on voit leurs espaces de travail, et au murs on peut admirer de superbes œuvres. A droite, un mur de photos de street arts du monde :

 

A l’extérieur du bâtiment, dans une cour intérieure, on retrouve leur cantine, baptisée tout simplement la cantina en référence à Star Wars (eh oui, c’est très geek ici ! 🙂 ) et des street arts également comme cette fresque en partie sur le mur et en partie sur les escaliers de Madame Moustache :

Équations indéchiffrables

 

On retrouve beaucoup de créations de MonkeyBird. C’est un duo, originaire de Bordeaux. Vous en verrez d’autres un peu plus bas ! Dans les couloirs également il y a des street arts, c’est dire si la progression dans les couloirs et escaliers est lente, il y a tellement à voir. Vous reconnaîtrez peut-être Astro Boy, personnage de dessin animé réalisé ici par Pimax. C’est un artiste né à Montreuil (93) en 1975, il est également sculpteur :

 

Par là, on retrouve une œuvre de Vhils, un artiste portugais né en 1987. Il a réalisé cette « défragmentation » avec de l’encre et un blanchissant :

Défragmentation

 

Dans les escaliers, on trouve une création de Ërell, qui a un style très reconnaissable. On retrouve toujours ces sortes de chevrons agencés de manière souvent différente, mais toujours géométrique. Certaines de ses œuvres font même penser à la topologique de la chimie organique. A droite, c’est une œuvre double, car elle peut être dans 2 positions, la plaque centrale pivote et laisse apparaître ce que vous voyez actuellement, c’est-à-dire l’anatomie du rat. C’est l’artiste belge Roa qui l’a conçu, les animaux sont d’ailleurs son thème de prédilection :

 

Une œuvre de Dran, un français originaire de Toulouse. A travers ses réalisations, on retrouve une critique de la société moderne :

Voles

 

En se baladant, on remarque également que les différentes sections de l’école portent des noms chargés de référence. Le street art que l’on trouve sur la photo de gauche est d’un artiste que l’on retrouve souvent dans les locaux, il s’agit de Stew, originaire de Meudon (92). Il est très inspiré par l’imagerie traditionnelle du samouraï, ça ne se voit pas forcément ici évidemment. A droite, une œuvre de Gris1, un artiste marseillais :

 

Brusk est français (Lyon) et fait parti des DMV (tout comme Gris1), un « crew », un groupe d’artistes. Il est diplômé des Beaux-Arts de Saint-Etienne et il utilise plusieurs techniques (sculpture, design graphique, dessin …) :

Crayon « Je suis Charlie »

 

A gauche, une œuvre signée Lek et Dem, des français également. Sur le pilier à droite, on retrouve Stew, vu un peu plus haut, avec un style coloré, géométrique et un peu floral :

 

Dans les escaliers on retrouve un tas d’œuvres de MonkeyBird. Vous remarquerez sans doute toutes ces serviettes de bain sur les rambardes. Et bien elles ne sont pas là par hasard, et ce ne sont pas des serviettes par hasard. C’est une référence à un livre (qui fait partie d’une série, mais qui été à l’origine un feuilleton à la radio) de science-fiction appelé le « guide du voyageur galactique » de Douglas Adams. Si vous ne connaissez pas, je vous invite à le lire ou alors à voir le génial film « H2G2 » sorti en 2005, qui en est l’adaptation. C’est un bijou d’humour absurde. D’ailleurs, à propos du nom de l’école, le « 42 »vient aussi de cette œuvre :

Monkey serviette

 

Une autre vue sur le coin des serviettes où l’on voit encore quelques MonkeyBird. A droite, ça a été fait par Dran, précédemment vu :

 

Pour terminer la visite, c’est Okuda qui s’y colle. Il est originaire d’Espagne, né en 1980. Il crée des œuvres colorées et géométriques, tout ce que j’aime en fait ! 🙂 :

Mumbaï princess

 

Le tour d’Art42 est terminé. Je n’ai bien évidemment pas tout mis, il y en a bien plus, mais je préfère vous laisser découvrir tout ça si vous y allez un jour. Même si j’aime beaucoup me balader au hasard dans une ville et découvrir des street arts, je dois dire que le fait de visiter un musée sur ce sujet permet d’en voir plus, mais surtout d’avoir plus le temps de découvrir les artistes, leur histoire. Surtout avec un guide, on a une autre vision avec toutes ces informations. Y êtes-vous déjà allé ? Est-ce que ça vous tente ? Quels sont les artistes qui vous ont le plus plu ?

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires