Temps de lecture estimé : 7 minutes 0 0 votes Évaluation de l'article Anne LANDOIS-FAVRETAuteur de ce blog et photographe, je vous emmène à la découverte de destinations plus ou moins lointaines, en France et en Europe. Je vous partage mes coups de cœur et mes balades. J’apprécie les street arts et l’architecture. N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des […]" />
Travel Marmotte Travel Marmotte

Visite de Reims en Champagne et du phare de Verzenay

Je vous propose une visite de la ville de Reims, dans la Marne (51), située dans la région historique de la Champagne. Nous visiterons la cathédrale ainsi que le centre-ville en faisant un petit crochet par une boutique très gourmande. Nous sortirons ensuite de la ville pour visiter le phare de Verzenay, un lieu chargé d’histoires, alors en route ! 🙂

Publication : 19 Février 2017

Mise à jour : 24 Novembre 2021

Lecture : 7 minutes

Se situer

 

Pays : France

Région administrative : Grand-Est

Département : Marne (51)

La cathédrale de Reims

La cathédrale est imposante et se voit de loin, elle a été achevée au 14ème siècle et est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991. Elle est connue pour avoir été, à partir du 11ème siècle, le lieu de la quasi-totalité des sacres des rois de France. Pendant la Révolution, elle est peu endommagée, ce qui est assez surprenant puisqu’elle est un symbole fort du pouvoir royal. Certaines statues sont cassées et des portails sont arrachés. Elle sera transformée en magasin à fourrage et le projet de la raser sera vite abandonné.

La cathédrale est l’une des réalisations principales représentant l’art gothique dans le pays, elle est également appréciée pour sa grande quantité de statues, on en trouve 2 303 ! Au cours de la Première Guerre mondiale, elle connut une destruction très importante à cause d’un incendie provoqué par un bombardement allemand. En juillet 1962, la réconciliation franco-allemande est symboliquement officialisée par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer sous les voûtes de la cathédrale. Près de la porte principale on peut y voir une rosace avec de nombreuses statues, il y en a 56 au total. Les 2 tours occidentales, dépourvues de flèches, s’élèvent à 82 m.

Une fois à l’intérieur, on est happé par les grands volumes, la hauteur de la nef est de 38 m. On retrouve quelques vitraux d’origine, mais on peut surtout apercevoir des vitraux plus contemporains, notamment ceux de Brigitte Simon, qui ressemblent à un motif griffonné qui a sûrement dû être très long à réaliser. Dans la chapelle axiale, des vitraux de Marc Chagall vous attendent.

Dans les allées sur les côtés, que l’on appelle les collatéraux, on retrouve de belles perspectives, tout en longueur. Les arches sont très photogéniques et joliment éclairées, elles culminent à 16,50 mètres. Vous pourrez également observer plusieurs chapelles, des statues, dont une de Jeanne d’Arc à l’emplacement exact où cette dernière se tenait durant le sacre de Charles VII. Le labyrinthe de la cathédrale de Reims n’existe plus de nos jours, il a été détruit sur demande en 1779. Cependant, il en subsiste un petit quelque chose puisque son tracé est aujourd’hui utilisé comme logo pour désigner un ouvrage qui a été classé ou inscrit Monument Historique.

Des visites guidées sont régulièrement organisées pour visiter les lieux et l’été, la cathédrale est éclairée par le spectacle Regalia. A côté de l’édifice se trouve le palais du Tau, l’une des résidences des archevêques de Reims et résidence royale durant les sacres. Depuis 1972, on y retrouve le musée de la cathédrale et des sacres des rois de France. On peut y voit de belles pièces sculptées, qui ont été placées là après l’incendie de 1914 et au cours des restaurations successives du 20ème siècle.

Le centre-ville

Je suis passée par la place d’Erlon, qui ressemble plus à une rue piétonne. On y retrouve plein de magasins ainsi que la fontaine Subé, construite en 1906, surmontée d’un ange doré. Au niveau de son piédestal, on retrouve les noms des 4 cours d’eau qui traversent le département de la Marne. J’ai testé le salon de thé Waïda, c’est très bon, je vous le recommande. La déco intérieure est jolie si l’on aime le style art déco, il y a d’ailleurs dans tout le centre-ville beaucoup de bâtiments de ce style, il est tout à fait possible de faire un circuit sur cette thématique.

Je poursuis ma balade du centre-ville en empruntant les passages Subé, puis Talleyrand. On y retrouve des bouquinistes avec des rayonnages en libre-consultation. Certains d’entre vous on du reconnaître les collections de la bibliothèque rose et verte lancées par Hachette et qui connurent leur apogée entre les années 50 et fin 80. Le passage Talleyrand bénéficie d’une très jolie verrière, c’est lumineux.

Le centre historique est ceinturé au nord par le boulevard Foch. Au centre, les Hautes Promenades, un espace piéton qui était actuellement occupé par une fête foraine. J’y ai croisé quelques jolis street arts. Plus au nord se trouve la Porte de Mars, un monument très ancien. C’est un arc de triomphe romain qui date du 3ème siècle, mais lors de mon passage, il était en rénovation.

Le bâtiment en briques rouges est le Cellier Jacquart. Tout en haut, on retrouve des mosaïques de scènes de travail du vin (vendanges, vinification …). Le bâtiment de couleur verte est le Comptoir de l’Industrie, un monument construit en 1922 dans le style art nouveau tardif.

La basilique Sainte-Clotilde

Depuis l’autoroute, on peut voir un grand dôme, c’et celui de la basilique Sainte-Clotilde. Elle a été construite entre 1896 et 1905 pour le 14ème centenaire du baptême du roi Clovis. Le bâtiment rend hommage à son épouse, qui fût à l’origine de la conversion du roi des Francs. De style néo-byzantin, en forme de croix grecque et surmontée d’une coupole, elle attire l’œil de suite. L’édifice s’inspire d’ailleurs de la basilique Saint-Pierre de Rome et l’église Saint-Augustin de Paris.

La basilique est située au cœur du quartier Sainte-Anne. Elle abrite environ 2 000 reliques des saintes et saints importants de France qui sont conservées dans plus de 120 reliquaires. Lors de mon passage, elle était fermée. Elle ouvre ses portes en juillet et en août, les dimanches de 15h à 17h et également lors des Journées du Patrimoine.

En 2012, un incendie se déclare lors de travaux de rénovation, 350 m² de toiture partent en fumée. Le demi dôme nord est presque entièrement détruit mais les autres parties du monument et les reliques conservées dans la crypte sont restées intactes, la basilique a rouvert en 2016.

Arrêt gourmand

En flânant non loin de la cathédrale, je trouve la maison Fossier. Elle a été créée en 1756 sous le règne de Louis XV et est la plus ancienne biscuiterie de France. Elle est surtout réputée pour ses biscuits roses mais vous pouvez retrouver beaucoup d’autres gourmandises, du salé, comme du sucré. Les biscuits, massepains et pains d’épices qu’elle fabrique sont présents lors du sacre de Louis XVI en la Cathédrale de Reims.

Son premier nom était la maison Noël-Houzeau et c’est en 1845 que Monsieur Fossier, un boulanger rémois, reprend la succession. Plusieurs dépôts de bilan plus tard, en 1996, la maison est reprise en main. La biscuiterie réalise 40 % de son chiffre d’affaire grâce aux biscuits roses. Ce biscuit doit d’ailleurs sa couleur au carmin, un pigment extrait de la cochenille.

Je vous conseille également les Charles VII, des biscuits simples avec du chocolat dedans, mais qui sont juste délicieux. Si vous trouvez ça un peu cher, vous pouvez retrouver la plupart des articles dans d’autres magasins du coin comme Carrefour par exemple ou bien des magasins d’usine à la sortie de la ville.

Le phare de Verzenay

Le phare de Verzenay, situé au sud-est de Reims, a été construit en 1909, en béton armé, par un négociant en vins de Champagne dans un but publicitaire. Pendant la Première Guerre Mondiale des obus tombèrent dessus. Le bâtiment fût laissé à l’abandon et en 1987, il fut racheté par la commune. Quelques années plus tard, en 1999, le musée de la vigne ouvrit ses portes.

Un parking se trouve à côté, il a pas mal neigé dans la nuit, des gens ont pu y faire un bonhomme de neige. J’emprunte une passerelle métallique, je réussi à rester sur mes pieds pour atteindre un joli panorama qui donne sur le vignoble de Champagne.

J’arrive au pied du phare, il est plutôt haut, on y retrouve même un belvédère à 25 m, il faut gravir 101 marches pour l’atteindre. Je n’ai pas fait le musée de la vigne mais la visite dure entre 1h et 1h30.

A lire aussi

Carnet pratique

 

  • Gourmandises

Waïda et Fils » 5 Place Drouet d’Erlon – 51100 Reims

Maison Fossier » 25 Cour Jean-Baptiste Langlet – 51100 Reims » Site

 

  • A voir

Cathédrale Notre-Dame de Reims » Place du Cardinal Luçon – 51100 Reims » Site

Porte de Mars » Place de la République – 51100 Reims » Site

Cellier Jacquart » 4 Bis Rue de Mars – 51100 Reims

Comptoir de l’Industrie » 1 Rue de la Grue – 51100 Reims

Basilique Sainte-Clotilde » Place Sainte-Clotilde – 51100 Reims » Site

Phare de Verzenay » 51360 Verzenay » 3 € (avec le musée 9 €) » Site

Reims est une ville riche d’histoires, notamment au travers de sa cathédrale qui a accueilli tant de rois. Il y a également tout un patrimoine architectural art déco à découvrir ! Je vous conseille donc le salon de thé Waïda et aussi de vous perdre dans les petites rues agréables du centre-ville ! La basilique Sainte-Clotilde a été une belle découverte, je n’en avais jamais entendu parler et pourtant elle vaut le détour. Le phare de Verzenay est une curiosité puisqu’il n’y a pas la mer dans la Marne. Il offre une très belle vue sur la région, si vous êtes dans le coin, faites-y un petit crochet. Connaissez-vous la ville de Reims ? Avez-vous de bonnes adresses à partager ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

13 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires