Dans cet article, je vous emmène découvrir 2 grandes villes suisses. Tout d’abord nous irons à Zurich, une ville réputée pour son nombre assez hallucinant d’établissements financiers mais qui a bien évidemment plus à offrir que cela. Ensuite, nous irons à la frontière française, à Bâle. Cette ville au carrefour de 3 pays propose de beaux bâtiments médiévaux et de jolies vues sur le Rhin, alors en route ! 🙂

Le centre-ville de Zurich

Située dans la Suisse alémanique, et bien que l’allemand soit la langue officielle, les zurichois parlent le Züritüütsch, un dialecte de l’alémanique qui utilise notamment des mots issus du français, de l’italien ou bien encore de l’anglais, en plus de mots allemands. Zurich a été classée en 2012 par le journal The Economist comme la ville la plus chère au monde. C’est une ville cosmopolite, il y a environ 30 % d’étrangers et sa population est d’environ 422 000 habitants, c’est la ville la plus peuplée de Suisse. C’est aussi la ville où l’on retrouve le plus d’établissements bancaires et financiers de tout le pays.

Au sud de la ville se trouve le lac de Zurich, le 4ème de Suisse par sa superficie, long de 42 km. Le lac et la ville forment un ensemble qui est un lieu de villégiature très prisé de la bourgeoisie suisse, allemande et autrichienne. Le lac offre une très belle vue et le secteur bénéficie d’un climat doux.

Je débute la balade par la partie de la ville qui est la plus moderne. Il y a beaucoup de transports en commun pour circuler, c’est très pratique. Le drapeau bleu et blanc qui flotte dans les rues est celui de la ville. Je croise le chemin d’une grande tour circulaire qui mesure 48 mètres de haut, elle s’appelle Urania et c’est en fait un observatoire que l’on peut d’ailleurs visiter. Je me suis baladée dans les rues commerçantes, le centre-ville est très vivant et les boutiques nombreuses. On sent un certain niveau de vie, les prix sont assez prohibitifs de manière générale. L’ambiance est à la fois calme et cosmopolite, c’est très agréable de s’y balader.

Je remonte la Rennweg pour m’éloigner tout doucement du centre moderne et me rapprocher du centre historique. Il est tortueux, plein de petites rues biscornues. Au loin, on peut voir un clocher, c’est celui de l’église Saint Peter. Elle fut inaugurée en 1706 et elle est de style baroque. Cette église a une particularité, la tour et la nef n’ont pas le même propriétaire. La tour appartient à la ville de Zurich alors que la nef, le clocher et les cloches sont la propriété de la paroisse de Saint Peter. Les petites ruelles se succèdent, entre volets colorés, petites portes charmantes et enseignes avec du cachet. J’arrive sur une très grande place où l’on retrouve la Fraumünster, une église protestante mais également un ancien monastère. Le début de sa construction remonte à 853 et elle est célèbre pour ses vitraux de Marc Chagall et d’Augusto Giacometti. Je découvre une nouvelle petite place ornée de restaurants, au centre une jolie fontaine.

A découvrir également, la Grossmünster, de style roman, sa construction s’achève vers 1220. L’hôpital ophtalmique édifié de 1892 à 1896 est en forme de palazzo italien. La ville compte un grand nombre de musées, comme le musée national suisse, le musée Rietberg, qui présente des collections d’art oriental, le musée du jeu ou bien encore un musée dédié aux Beaux-Arts. On retrouve aussi un zoo ainsi qu’un jardin botanique. Chaque année se déroule la Street Parade, dédiée à la musique techno, qui rivalise avec la Love Parade de Berlin. En juillet, le festival de musique Live at Sunset se déroule sur 2 semaines.

Pour terminer dans le secteur, vous pouvez passer par la Bahnhofstrasse, réputée pour être une des rues les plus chères au monde. En Suisse, le coût de la vie pour un français est assez problématique. Pour ne rien vous cacher, j’ai déjeuné au McDo, il y a des paliers psychologiques durs à franchir ! 😀

Les bords de la Limmat

Ne partez pas sans vous être baladés sur les berges de la Limmat, la rivière qui alimente la ville. Elle est longue de 140 km et a été reconnue, en 2015, comme la rivière urbaine la plus propre d’Europe. Les zurichois ont même l’habitude de s’y baigner en été, en plein cœur de la ville.

J’arrive non loin de la Grossmünster, reconnaissable à ses 2 tours jumelles, elles sont d’ailleurs l’emblème de la ville. Au pied du pont, le « Münsterbrücke », on trouve la statue de Hans Waldman, né en 1435 et mort en 1489. Il fut bourgmestre de la ville et chef d’armée, ses excès de pouvoir lors de son mandat, conduisirent les habitants à le faire décapiter. J’emprunte ensuite le pont et découvre de plus près la Grossmünster. D’architecture romane et de culte protestant, sa construction débuta vers 1100.

Marcher le long de la Limmat est très agréable, il y a beaucoup de belles façades ave notamment de jolis volets colorés. On peut apercevoir sur l’autre rive la Fraumünster, croisée plus tôt. Le bâtiment tout en pierre et surplombant partiellement la Limmat est la mairie de Zurich, elle a été construite de 1694 à 1698. Le bâtiment a servi de siège au gouvernement et à l’administration de la République de Zurich jusqu’en 1798.

Bâle et son hôtel de ville

Bâle est la 3ème ville de Suisse, après Zurich et Genève, et se situe au carrefour de la France et de l’Allemagne. Elle est limitrophe des communes françaises de Saint-Louis et de Huningue dans le Haut-Rhin (68). La frontière à cet endroit n’est pas du tout indiquée, je suis passée de Bâle à Saint-Louis sans m’en rendre compte. La ville est desservie par l’aéroport de Bâle-Mulhouse, situé sur le territoire français, mais plus proche de Bâle que de Mulhouse.

La ville est communément considérée comme la capitale culturelle du pays. On y retrouve un grand nombre de musées, comme le Kunstmuseum, le plus grand musée d’art en Suisse, le musée d’art contemporain ou bien encore le musée Tinguely, consacré à Jean Tinguely, un plasticien suisse dont j’avais visité le Cyclop, une œuvre perdue en forêt de Fontainebleau.

Le fleuve qui coule à Bâle n’est autre que le Rhin et on y trouve le dernier port accessible aux péniches, puisque quelques dizaines de kilomètres en amont, vers l’est à hauteur de la ville de Schaffhausen, se trouvent les Chutes du Rhin, un obstacle majeur à la navigation.

Je me suis pas mal attardée dans le quartier de la mairie. On arrive sur une grande place où des marchés ont lieu régulièrement. L’hôtel de ville est imposant, tout de rouge vêtu, on ne peut pas le louper. Ce bâtiment date du 16ème siècle, on y tient les réunions du parlement cantonal ainsi que celles du Conseil d’Etat. Ces institutions gèrent également la ville, Bâle n’ayant en effet pas d’administration propre. L’hôtel de ville était à la base décoré de fresques peintes aux alentours de 1522 par Hans Holbein le Jeune, mais elles se sont perdues au fil du temps. Il subsiste encore quelques fragments que l’on peut voir au musée d’art de la ville.

Le bâtiment ainsi que la statue de Lucius Munatius Plancus, un homme politique romain, sont inscrits comme biens culturels suisses d’importance nationale.

Notre-Dame de Bâle

En continuant au sud-est, on arrive sur l’immense place de la cathédrale, entièrement pavée. Tout autour, on y retrouve de petites maisons anciennes, dont certaines avec des colombages. Un petit musée se situe sur la place, pour le trouver, cherchez le bâtiment avec des volets verts.

Notre-Dame de Bâle est imposante, elle est haute de 67 mètres, c’est un édifice protestant qui date de l’époque médiévale. Sa construction remonte à environ 1500 et a été réalisée avec des blocs de grès rose. On remarque des blocs plus clairs, ils datent de phases antérieures de la construction. La cathédrale se situe en haut d’une colline où se trouvait avant un oppidum, celui des Rauraques, un ancien peuple celte qui était probablement établi près de la Ruhr, une rivière en Allemagne.

Deux grands cadrans solaires ornent 2 côtés de l’édifice et les tuiles du toit sont colorées et forment des motifs, un peu à la manière de celles des hospices de Beaune en Bourgogne. Quelques trésors de la cathédrale ont été vendus au 19ème siècle, on peut d’ailleurs retrouver la célèbre rose d’or au musée de Cluny à Paris.

En partant de la colline pour rejoindre le Rhin, on emprunte une très jolie petite rue pavée en descente. J’y croise des maisons à colombages ainsi que de vieilles portes usées par le temps. J’arrive devant le Mittlere Brücke, un pont en pierre qui enjambe le fleuve. Je l’ai traversé et en se retournant on peut voir une partie de la ville avec la cathédrale sur les hauteurs.

Le long du Rhin se déroulait à se moment-là une manifestation fluviale, divers bateaux paradaient. Au loin, on peut également voir le Johanniterbrücke, un pont réalisé dans un style beaucoup plus moderne que le précédent.

A lire aussi

Carnet pratique

A voir

 

  • Urania » Uraniastrasse 9 – 8001 Zürich » 20 Francs Suisses (20,45 €) » Site (DE)
  • Eglise Saint-Peter » St. Peterhofstatt 1 – 8001 Zürich
  • Fraumünster » Münsterhof 2 – 8001 Zürich
  • Grossmünster » Grossmünsterplatz – 8001 Zürich
  • Mairie de Bâle » Marktplatz 9 – 4001 Basel » Site
  • Cathédrale Notre-Dame de Bâle » Münsterplatz 9 – 4051 Basel » Site (DE)

Zurich est une jolie ville méconnue qui oscille entre modernité et vieilles pierres. Les rues commerçantes sont vivantes et les rues du cœur de ville proposent de jolies maisons anciennes à voir. J’ai une petite préférence pour les berges de la Limmat, qui offre de beaux bâtiments ainsi qu’un beau point de vue sur la ville. Bâle est une ville que l’on cantonne souvent à son aéroport, une ville à la frontière, où les gens sont de passage. Le centre ville historique est très mignon, on y retrouve de très beaux monuments et une riche vie culturelle. Les bords du Rhin sont également très agréables. Avez-vous déjà visité ces villes suisses ? Qu’en pensez-vous ? Qu’avez-vous préféré ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Vous souhaitez épingler cet article sur Pinterest, c’est par ici :

Anne LANDOIS-FAVRET

Auteur de ce blog et photographe, je vous emmène à la découverte de destinations plus ou moins lointaines, en France et en Europe. Je vous partage mes coups de cœur et mes balades. J'apprécie les street arts et l'architecture. N'hésitez pas à me solliciter si vous avez des projets de voyages, de partenariat ou tout simplement me poser des questions ! :)
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires