Dans cet article, je vous emmène découvrir la ville de Fribourg-en-Brisgau dans le Land du Bade-Wurtemberg. La ville se trouve au pied de la Forêt Noire et son centre historique, chargé d’histoire, propose également quelques petites curiosités que nous allons découvrir plus bas, alors en route ! 🙂

Centre-ville

Fribourg-en-Brisgau, ou Freiburg im Breisgau en allemand dans le texte, à ne pas confondre avec Fribourg en Suisse, se situe en Forêt Noire à une vingtaine de kilomètres de la frontière française. La ville fait partie du Land du Bade-Wurtemberg et est aussi une ville-arrondissement.

Fribourg compte un peu plus de 230 000 habitants, le Dreisam y coule et les montagnes au loin plantent le décor, le cadre est superbe. Dès mon arrivée, je suis scotchée de découvrir de nombreuses façades colorées et souvent ornées de caractères gothiques. Il est très plaisant de se balader dans le centre-ville, à chaque rue, on découvre quelque chose. A certains endroits ce seront les volets qui vous séduiront, à d’autres ce seront peut-être les détails minutieux de certaines maisons à pignon.

La ville est connue pour sa cathédrale ainsi que son université qui date du 15ème siècle. Elle est également très orientée vers l’écologie avec l’écoquartier Vauban construit en 1996. C’est le principal point d’entrée touristique de la Forêt Noire, elle est une des villes les plus ensoleillée d’Allemagne, il y fait donc bon vivre, d’autant plus que le niveau de vie est assez élevé.

Je passe devant l’hôtel de ville, un bâtiment qui réunit 2 maisons bourgeoises du 16ème siècle, sur son parvis, on peut voir des blasons au sol, ce sont ceux des villes avec lesquelles elle est jumelée. En plus de ces villes, des jumelages existent avec Besançon dans le Doubs et Innsbruck en Autriche. Vous croiserez aussi le chemin de cette grande bâtisse rouge orangé avec son horloge dorée, c’est l’ancien hôtel de ville, on y retrouve maintenant l’office du tourisme.

On peut observer quelques vestiges de l’ancienne enceinte médiévale, la Martinstor surmontée de petites tours et d’une grande horloge. Il subsiste également une autre porte, Schwabentor. Il faut savoir que la ville a été presque totalement détruite par les bombardements en 1944, il est donc miraculeux de retrouver ces quelques monuments médiévaux.

Le midi, je me suis arrêtée à Schlappen pour déjeuner, c’est un café qui fait également restaurant. L’ambiance est détendue, un superbe bar vous accueille à l’entrée et vous pourrez manger sous une verrière lumineuse.

Dans la ville, vous croiserez peut-être ça et là, dans des magasins ou ailleurs, des chapeaux avec de grosses boules rouges sur le dessus, c’est le Bollenhut. C’est un élément du costume folklorique des femmes dans les villages de Forêt Noire. Les pompons rouges signifient que les femmes sont célibataires et les noirs qu’elles sont mariées. Ces chapeaux sont encore fabriqués à la main, certains peuvent peser jusqu’à 1,5 kg, en effet, au fil du temps, les boules sont devenues de plus en plus grosses. Ces pompons ressemblent beaucoup à des cerises mais on ne sait pas trop si ce sont ces chapeaux qui ont contribué à donner le nom au gâteau ou pas, l’origine semble un peu floue.

Vous retrouverez plusieurs musées dans la ville, il y a celui d’art moderne et contemporain mais aussi un dédié à l’archéologie logé dans le superbe manoir Colombi. L’Augustinermuseum traite de l’art et de l’histoire de la région. Non loin, se trouve également le musée d’histoire naturelle, qui aborde la géologie et parle de la faune et la flore locale.

Place de la cathédrale

La place de la cathédrale, ou Münsterplatz, est une place centrale bordée de jolies maisons anciennes avec restaurants. Une des plus célèbres bâtisses est sans nul doute la Maison des Marchands, avec sa façade rouge elle attire l’œil du visiteur. Ses 2 petites tours avec leurs tuiles de différentes couleurs participent également à son charme. Sa construction date de 1532, sa fonction première était de gérer les marchés de la ville, les douanes ainsi que la manutention des marchandises.

Préservée des bombardements de 1944, la cathédrale Notre-Dame de Fribourg, de style gothique, ne comporte qu’une seule tour contrairement aux autres édifices de cette période. Il y a une explication simple, sa construction a été financée par les habitants eux-mêmes et non par un seigneur. Le clocher mesure 116 mètres de haut, on peut y grimper et la visite coûte 5 €. C’est la seule église gothique allemande dont la tour a été achevée au Moyen-Âge, en 1330. Comme souvent, les escaliers sont raides et peu larges et on compte un grand nombre de marches.

La vue en haut vaut néanmoins l’effort, on découvre les alentours à presque 360 ° et on surplombe les toits. Des cloches sont visibles dont la vénérable « Hosanna » datant de 1258. On peut également voir quelques jolis engrenages et mécanismes appartenant à l’horloge monumentale datant de 1851.

En descendant, n’oubliez pas de jeter un coup d’œil à l’intérieur de la cathédrale. Plusieurs vitraux éclairent les lieux, ils sont des dons venant de guildes, vous remarquerez peut-être sur ces vitraux des symboles de plusieurs corps de métiers comme les cordonniers. La cathédrale comporte 4 orgues et l’une de ses rosaces a inspiré le peintre français Odilon Redon.

L’arrière de l’édifice n’est pas fini, il y a le strict minimum mais vous ne retrouverez pas de statues ni de gargouilles. Sur le côté sud en revanche, il y a bien une gargouille, une figure plutôt humaine avec les fesses nues d’où s’écoule l’eau. On raconte qu’elle aurait été sculptée par un artisan mécontent de son salaire et du retard de son paiement.

Les mosaïques de pavés

Depuis le 19ème siècle, à Fribourg-en-Brisgau, vous pourrez trouver des pavés dans les rues disposés en mosaïque, ce sont des incontournables de la ville. On en retrouve beaucoup devant des boutiques ou des bâtiments, ils représentent en général l’activité des lieux. La ville essaye de les tenir à jour au maximum, je trouve ça très sympa.

Devant la mairie, on en retrouve 4 avec les blasons des villes qui sont jumelées à Fribourg. On peut voir celles de Matsuyama au Japon, Madison aux Etats-Unis, Ispahan en Iran et Lviv en Ukraine. Ces pierres viennent du Rhin, on en découvre un peu partout, certaines évoquent même les crimes des nazis. C’est en tout cas très intéressant de les débusquer, on peut vite se prendre au jeu en parcourant les rues.

Les Bächle

Autres incontournables de Fribourg, les Bächle, ce sont de petits ruisseaux artificiels sous forme de rigoles datant du Moyen-Âge. Ils sont alimentés par le Dreisam et représentent au total 15,5 km dont 6,4 en souterrain. Il y en a dans beaucoup de rues, parfois il faut même bien faire attention où l’on marche sous peine de mettre un pied dedans.

Pour réaliser l’installation des Bächle, il a été nécessaire de surélever la vieille ville de près de 3 mètres. Encore aujourd’hui, on retrouve des traces de ce grand chantier notamment dans les caves de l’Uniseum, le musée de l’université, ainsi que dans le restaurant Zum Roten Bären. Ils ont fait naître un métier spécifique, celui de nettoyeur de Bächle. Lors de votre balade, vous verrez sans doute diverses décorations flotter dans les Bächle, les habitants et commerçants y ont mis un peu de leur touche personnelle, ces décorations sont vraiment très marrantes pour certaines ! 🙂

A lire aussi

Carnet pratique

A voir

 

  • Université » Fahnenbergplatz – 79085 Freiburg im Breisgau
  • Mairie » Rathausplatz 2-4 – 79098 Freiburg im Breisgau
  • Augustinermuseum » Augustinerplatz – 79098 Freiburg im Breisgau » 7€ » Site
  • Musée archéologique » Rotteckring 5 – 79098 Freiburg im Breisgau » 5 € » Site
  • Cathédrale » Münsterplatz – 79098 Freiburg im Breisgau » 5 € pour la tour » Site

 

Se restaurer

 

  • Schlappen » Löwenstraße 2 – 79098 Freiburg im Breisgau » Site

Fribourg est une ville magnifique, pleine de surprises ! Les Bächle et les mosaïques de pavés sont indéniablement autant des incontournables que des curiosités passionnantes. Les façades sont à observer avec attention et la cathédrale ainsi que les 2 portes sont de beaux vestiges du passé médiéval de la ville, par chance préservés des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Vous pouvez également élargir votre balade à la colline du château, Schlossberg. Même si le château n’existe plus de nos jours, on y retrouve la place aux canons et la tour Bismarck, haute de 35 mètres, qui offre une vue panoramique sur la vallée du Rhin. Alors, qu’avez-vous préféré à Fribourg ? Qu’avez-vous découvert ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Vous souhaitez épingler cet article sur Pinterest, c’est par ici :

Anne LANDOIS-FAVRET

Auteur de ce blog et photographe, je vous emmène à la découverte de destinations plus ou moins lointaines, en France et en Europe. Je vous partage mes coups de cœur et mes balades. J'apprécie les street arts et l'architecture. N'hésitez pas à me solliciter si vous avez des projets de voyages, de partenariat ou tout simplement me poser des questions ! :)
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires