Dans cet article, je vous emmène sur la colline du château de Budavár, celle que l’on voit de quasiment partout dans la ville. On y retrouve de jolies rues avec de vieilles maisons, un château, une superbe église aux décors atypiques et une promenade féérique avec vue sur le Danube, alors en route ! 🙂

SE SITUER

 

Pays : Hongrie

Région administrative : Budapest

Le palais de Budavár

Un des endroits les plus touristiques de Budapest est certainement la colline du château. Elle se situe côté Buda à l’ouest du Danube et abrite un grand nombre de monuments. Depuis cette colline, on peut profiter de jolis panoramas sur le quartier de Pest, en contre-bas, de l’autre côté du Danube, ou bien encore sur le mont Gellért, une autre colline du secteur. A l’arrière du château, on a également une belle vue sur les quartiers vallonnés derrière la ville, encore plus à l’ouest.

Pour me rendre au pied de la colline du château, J’ai pris le tram qui m’a déposé sur le pont Marguerite, juste à côté de l’île du même nom. J’ai marché en direction du sud, ce n’est pas tout prêt, mais il faisait beau, et la balade le long du Danube a été très agréable. Tout en bas de la colline, je me trouve devant le funiculaire (Budavári Sikló), il est très pentu mais court en distance. Il a été construit en 1870 et ensuite détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. Il n’a rouvert qu’assez récemment, en 1986. Vous pouvez vous rendre à Clark Ádám tér pour l’emprunter, c’est payant, environ 5 €, ce n’est pas compris avec les offres de cartes de transport. Je ne l’ai pas pris, car la montée n’est pas très longue et les jardins sont très agréables. Si vous arrivez plutôt du sud, vous passerez forcément devant Várkert Bazár, le bazar du jardin du château, un édifice de plaisance qui a été construit entre 1875 et 1883. Lors de sa restauration en 2014, de nouveaux accès piétons sur le flanc de la colline sont créés, vous arriverez au sud du château.

Depuis les jardins, on a tout de suite vu sur le Turul, un grand aigle avec les ailes déployées. C’est l’oiseau le plus important du mythe de l’origine des Magyars. On distingue également un grand portail, c’est la porte de Habsbourg. Depuis cette porte, en hauteur, on a vu sur la promenade le long du palais. Au loin, on aperçoit une statue, un homme sur un cheval, c’est le prince Eugène de Savoie, héros des guerres contre les turcs. Sur la gauche, on peut voir le Danube.

Une fois tout en haut de la colline, je passe devant le Palais Sándor, ancienne résidence officielle du Premier Ministre jusqu’en 1944, c’est aujourd’hui celle du Président de la République. Le bâtiment est de style néoclassique et est surnommé la « Maison Blanche ». Des gardes sont postés devant, et si vous avez de la chance, ou de la patience, vous pourrez assister à la relève.

On arrive ensuite au château, qui a été la résidence des rois de Hongrie. Il fut construit à partir du 14ème siècle et a connu plusieurs changements jusqu’au 20ème siècle. C’est un château fort, de style gothique, Renaissance et baroque. Depuis 1987, il est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Il est également appelé Palais de Budavár, et ne se visite pas en tant que tel, mais on peut profiter de l’édifice si l’on va visiter la Galerie Nationale de Hongrie, le Musée Historique de Budapest ou bien encore la Bibliothèque Nationale Széchényi. Il existe un projet de rénovation du château (coupole, fenêtres, remise en place d’éléments de façade …) pour qu’il retrouve son aspect d’avant la Seconde Guerre mondiale.

La coupole du palais ne peut pas se louper avec sa teinte verte, à l’intérieur du bâtiment se trouvent le Musée d’Histoire de la ville et la Galerie Nationale Hongroise. Plusieurs statues décorent les lieux. Une promenade nous emmène à l’extrémité sud du château. On a l’occasion d’observer le Danube, et, dans le fond, le mont Gellért. Je continue la visite sur le chemin de ronde, depuis ce lieu, on aperçoit les fortifications du château et à nouveau le mont Gellért.

Eglise Mathias

J’arrive par la place de la Trinité avec en son centre la colonne de la Trinité également appelée colonne de la peste. En effet, elle commémore la fin de l’épidémie. La colonne est ornée de petites statues d’anges ainsi que des statues, plus grandes, de saints. Cette place est entourée par les Archives Centrales, l’église Mathias ainsi que l’ancien hôtel de ville.

L’église Mathias, appelée également Notre-Dame de l’Assomption de Budavár, voit sa construction débuter en 1255, mais elle est reconstruite à plusieurs reprises au cours de son histoire, sa dernière restauration a été effectuée entre 1873 et 1896 par l’architecture Frigyes Schulek. Elle porte le nom de Mathias Corvin, alias Mathias Ier de Hongrie, l’un des plus grands rois du pays. L’église a servi aux couronnements de nombreux souverains hongrois. Elle fut transformée en mosquée durant l’occupation ottomane et a souffert de divers combats et fût plusieurs fois reconstruite.

L’église Mathias est un vrai coup de cœur, l’extérieur est magnifique, avec ce clocher noir qui sort de nulle part ainsi que les céramiques qui ornent son toit. Ces céramiques ont été réalisées par Zsolnay, une célèbre manufacture qui a beaucoup de réalisations à son actif dans la capitale hongroise, par exemple, les céramiques du toit du Grand Marché de Budapest ou bien encore celles du musée des Arts Décoratifs.

Je prends les billets pour la visite, le guichet se situe à l’extérieur de l’édifice. J’entre les yeux écarquillés, attirés par tant de détails. Les volumes sont plutôt impressionnants également, mais ce sont toutes les fines décorations qui m’attirent. Dans l’église, on retrouve des caractéristiques assez classiques, un autel, des voûtes ou bien encore une chaire. Si on se penche plus sur la décoration, notamment des piliers, on peut remarquer des formes et des motifs peu courants. Quand les chrétiens ont repris l’église aux ottomans, ils ont tout de même gardé un peu de leur style et ce qui fait son côté unique je trouve.

Il y a divers recoins où se perdre et admirer les murs et plafonds. En plus du rez-de-chaussée, le premier étage se visite, une chose qui n’est pas systématique dans une église. A l’étage, on retrouve une galerie qui longe l’église sur toute sa longueur. Il y a également quelques pièces avec des objets exposés, dont un superbe glaive, arme de cérémonie des gardes royaux. La salle en elle même vaut également le détour. Les colonnes et le plafond sont superbes. Au bout de cette pièce se trouve un balcon qui me permet de mieux apprécier les volumes de l’église.

Dans une galerie tout en longueur, d’autres objets sont exposés. Encore une fois, la décoration est tout aussi intéressante. Entre les encadrements de portes, le plafond ou bien encore le sol, il y a de quoi s’attarder. Si vous y aller à la haute saison, il y aura forcément un peu plus de monde, mais il y a toujours un endroit où se poser pour admirer tranquillement les lieux.

Le bastion des pêcheurs

A la sortie de l’église, sur la place, on retrouve une statue d’Etienne Ier de Hongrie, qui fut le fondateur du royaume de Hongrie dont il devient roi en 1001. Il fait partie de la dynastie des Árpád, vous verrez souvent ce nom dans les musées ou tout simplement dans la ville. Il unifia la plaine de Pannonie, qui est un grand bassin sédimentaire, résultat de l’assèchement de la mer de Pannonie, qui date du pliocène, une période géologique. Ce qu’il faut retenir de ce secteur géographique, c’est, qu’actuellement, il y a 9 pays qui s’y trouvent : Autriche, Slovénie, Croatie, République Tchèque, Hongrie (seul pays entièrement dans la plaine), Roumanie, Slovaquie, Serbie et Ukraine.

Après l’église et la place, débute le Bastion des Pêcheurs, une perle parmi les perles. C’est une promenade qui est parallèle au Danube. Son nom est trompeur, il n’a jamais vraiment servi de bastion et la référence aux poissons est en rapport avec un marché aux poissons qui s’y tenait. C’est à cette époque, au Moyen-Âge, que les pêcheurs étaient chargés de le défendre. Ses remparts couvrent une bonne partie de la colline qui donne sur le Danube. Les tourelles représentent les 7 tribus magyares, celles qui étaient à l’origine dans la plaine de Pannonie. Il y a également un chemin de ronde qui est payant.

Lors de mon premier voyage à Budapest, j’avais était enchantée par cette architecture et cette structure. Cela ne ressemble pas à grand chose de connu, c’est de style néo-roman, mais ça fait plus penser à un château de contes de fées. Au niveau de chaque « chapeau » se trouvent les statues des différents chefs de chaque tribu. Cet aspect particulier est dû à la dernière « construction », entre 1895 et 1902, qui a d’ailleurs été réalisée par le même architecte que l’église Mathias. Le Bastion des Pêcheurs a pas mal souffert pendant la Seconde Guerre mondiale, ce fût l’un des premiers bâtiments à être rénové. Le Bastion des Pêcheurs fait 140 mètres de long, il y a donc plein d’endroits pour observer la ville. On voit évidemment le Danube, mais également tout Pest, la partie est de la ville.

La colline

Après toutes ces grands et beaux monuments, vous pourrez continuer de vous balader sur la colline. Il y a d’autres visites possibles comme par exemple le musée Houdini. Harry Houdini, de son vrai nom Ehrich Weisz est né à Budapest en 1874, c’était alors l’Autriche-Hongrie. Sa famille a émigré aux Etats-Unis quand il avait 4 ans. Vous pourrez aussi faire une halte au Labitintus. C’est le labyrinthe des catacombes, qui se trouve sous le palais. Elles ont été creusées par l’action de l’eau chaude des sources sur le calcaire de la colline. Le parcours est assez long, et je vous conseille de prendre une petite laine. Il y a plusieurs thématiques, une des principales est celle consacrée à Dracula, selon la légende, il y aurait été emprisonné. Ne cherchez pas des crânes entassés comme à Paris, les galeries sont plus classiques, mais un soin particulier a été donné aux ambiances. Que cela soit au niveau des musiques ou bien encore des éclairages qui se marient très bien avec la brume.

On avance limite à tâtons, mais on est vraiment immergé, on se prend au jeu. Pour les plus courageux, un parcours totalement dans le noir, avec une corde pour ligne de vie, est disponible. Il n’est pas obligatoire, bien évidemment, mais si vous n’avez pas peur du noir, l’expérience est très intéressante, et nous remet en phase avec nos autres sens. Ne faites pas comme certains qui se sont éclairés avec leurs téléphones portables, et qui n’ont visiblement pas compris le concept. Les catacombes se situent dans Úri utca, une rue à faire absolument pour ses vieux bâtiments.

A la sortie, je me perds dans de petites rues pleines de charme. Les boutiques sont soignées et il y a quelques belles enseignes à découvrir. Je passe devant une Poste qui se trouve dans un très vieux bâtiment, on peut la voir au Dísz tér 15. Dans un autre secteur de la colline, on trouve bon nombre de vieilles rues à arpenter. Il y a tout de suite moins de touristes, la plupart ne s’aventurent pas trop au-delà du château, de l’église Mathias et du Bastion des Pêcheurs. J’ai trouvé cet hôtel qui m’a tout de suite fait penser au superbe film de Wes Anderson « Grand Budapest Hotel ». Vers Kapisztrán tér, on retrouve la tour Marie-Madeleine, c’est ce qui reste d’une église catholique romaine. Elle a été endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale et a été démolie sur ordre de Mátyás Rákosi, le secrétaire général du parti communiste hongrois. Les rues sont idéales pour flâner, elles sont pleines de charme et de tranquillité.

Si vous continuer vers le nord, vous tomberez sûrement sur le bâtiment des archives nationales hongroises, un imposant bâtiment qui bénéficie également de belles mosaïques. Côté ouest, des remparts ceinturent la colline, on peut y voir quelques spécimens d’anciens canons. Il y a beaucoup à voir, faufilez-vous un peu partout, enfin, sauf chez les gens bien évidemment ! 🙂

A lire aussi

Carnet pratique

A voir

 

  • Musée d’Histoire de Budapest » Szent György tér 2 – 1014 Budapest » 2 400 forints (environ 6,70 €) » Site
  • Galerie Nationale Hongroise » Szent György tér 2 – 1014 Budapest » 3 400 forints (environ 9,60 €) » Site
  • Labirintus » Úri u. 9 – 1014 Budapest » 3 000 forints (environ 8,45 €) » Site
  • Musée Houdini » Dísz tér 11 – 1014 Budapest » 9 € » Site
  • Eglise Mathias » Szentháromság tér 2 – 1014 Budapest » 2 000 forints (environ 5,65 €) » Site
  • Colonne de la Peste » Szentháromság utca – 1014 Budapest » Site
  • Bastion des Pêcheurs (Halászbástya) » Szentháromság tér – 1014 Budapest » (hauteurs) 1 000 forints (environ 2,82 €)
  • Tour Marie-Madeleine » Kapisztrán tér 6 – 1014 Budapest » 900 forints (2,54 €)

 

Se restaurer

 

  • Korona Kávéház » Dísz tér 16 – 1014 Budapest » Site

La colline du château est un endroit assez vaste, prévoyez une journée, surtout si vous visitez des musées. J’ai adoré l’église Mathias, que cela soit l’architecture extérieure ou bien les décorations intérieures. J’aime également beaucoup la colonne de la peste, un monument assez particulier je trouve. Le Bastion des Pêcheurs m’enchante toujours autant, dans ce secteur tout est sublime. Les petites rues bénéficient de très belles maisons anciennes, les boutiques sont très mignonnes aussi. Pour ne rien gâcher, la vue depuis la colline est imprenable, que cela soit vers l’est avec la ville et ses autres monuments emblématiques ou à l’ouest avec ses vallons très plaisants. Que pensez-vous de la colline du château ? Qu’avez-vous préféré ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Vous souhaitez épingler cet article sur Pinterest, c’est par ici :

Anne LANDOIS-FAVRET

Auteur de ce blog et photographe, je vous emmène à la découverte de destinations plus ou moins lointaines, en France et en Europe. Je vous partage mes coups de cœur et mes balades. J'apprécie les street arts et l'architecture. N'hésitez pas à me solliciter si vous avez des projets de voyages, de partenariat ou tout simplement me poser des questions ! :)
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

19 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires