Temps de lecture estimé : 5 minutes 0 0 votes Évaluation de l'article Anne LANDOIS-FAVRETAuteur de ce blog et photographe, je vous emmène à la découverte de destinations plus ou moins lointaines, en France et en Europe. Je vous partage mes coups de cœur et mes balades. J’apprécie les street arts et l’architecture. N’hésites pas à me solliciter si vous avez des […]" />
Travel Marmotte Travel Marmotte

Street arts dans les 9, 10 et 11èmes arrondissements de Paris

Je vous propose de découvrir des street arts à Paris. Dans cet article, je me suis promenée dans les 9, 10 et 11èmes arrondissements. On retrouve de tous les types, peintures à la bombe, collages, pochoirs et même des anamorphoses ! En route pour cette moisson ! 🙂

Publication : 08 Avril 2018

Mise à jour : 09 Décembre 2020

Lecture : 5 minutes

Se situer

 

Pays : France

Région administrative : Ile-de-France

Département : Paris (75)

9ème arrondissement

Près de la rue Edouard VII, je m’engouffre dans un petit passage pour déboucher sur une grande cour d’immeuble où je trouve ces œuvres en anamorphose, une très belle surprise. Trouver le bon angle de vue pour bénéficier totalement de l’effet d’anamorphose n’est pas facile à trouver. L’auteur est Felice Varini, je suis toujours admirative de ce genre d’œuvres, c’est réalisé au millimètre, et surtout j’essaye de m’imaginer l’auteur lors de la phase de conception, il faut une bonne capacité d’abstraction pour arriver à se représenter l’œuvre finale.

Je me rends ensuite dans un autre secteur de l’arrondissement, je me trouve non loin du boulevard de Clichy. Je me suis baladée dans toutes ces petites rues tranquilles, comme la rue Blanche, la rue de Calais, de Douai, de Bruxelles ou bien encore la rue de Clichy. Des street arts sont disséminés un peu partout, assez discrets dans l’ensemble, il faut prendre le temps de marcher, de flâner pour les découvrir.

Des street arts en « collage » sur un mur, et un rideau de fer relooké. Par endroits, il y a des mix avec des collages, de la peinture plus classique et du pochoir. En continuant ma route, je suis tombée sur le square des Deux-Nèthes, je m’y suis donc engouffrée. J’y ai trouvé une belle fresque représentant l’Abbé Pierre juste à côté d’une aire de jeux pour enfants. Le travail est minutieux, la fresque est faite du texte prononcé par l’Abbé Pierre lors de l’Hiver 54, l’artiste est JonOne.

10ème arrondissement

Le collage, en mauvais état malheureusement, a été réalisé par FKDL. Je l’avais d’ailleurs rencontré lors du festival Graffaya. La femme en plusieurs petits morceaux et sur fond bleu a été réalisée par Ianah, en collaboration avec Pixoasso et les 3 murs. Dans la rue Sainte-Marthe, on peut voir l’œuvre (le chat) de Michael Kershnar, un californien issu du monde du skate. Plus au nord, on débouche sur l’hôpital Saint-Louis. Au détour de la rue Alibert, on trouve cette fresque d’un style plus classique avec un dinosaure.

A quelques rues encore, rue Jacques Louvel-Tessier, une autre fresque (personnages à la tête ronde) dans un style plus coloré et enfantin, signée Flip, un artiste brésilien. Sur le mur d’à côté, on retrouve une autre œuvre de Flip, dans les mêmes couleurs à peu près, quoiqu’un peu plus douces (dauphin ou beluga). Juste à côté des street arts précédents se trouve la rue d’Aix, une toute petite rue très étroite. On y retrouve cette fresque (femme aux cheveux blancs) réalisée par Rita Wainer, une brésilienne.

Perpendiculairement à la rue Saint-Maur, on découvre cette fresque (avec un vélo rouge devant) dans le passage Hébrard, c’est l’œuvre de Jeff Henriquez, un artiste New-Yorkais. En remontant au nord de Belleville, vous pourrez voir un bâtiment historique rue du Faubourg du Temple, le Palais du Commerce. Cette galerie marchande est classée aux Monuments Historiques depuis 1994, sa construction date de 1924. Elle est constituée de béton armé et offre 2 niveaux avec des bureaux et des boutiques ainsi qu’un bal, le Java, en sous-sol.

11ème arrondissement

Au 107 Rue Oberkampf, on retrouve le Mur, un endroit où l’on peut voir de jolies fresques de street art éphémères, cela change toutes les 2 semaines environ. Lors de ma venue, il y avait une œuvre de Monkeybird, un duo d’artistes déjà vu à l’école Art42. Plus loin, rue de la Fontaine au Roi, le mur est couvert d’œuvres sur presque toute sa longueur. La réalisation (avec le contour calligraphié) est de Cost TPK. Toujours dans la même rue, une fresque un peu plus grande, faite par Joris Delacour, avec le bouddha et la statue d’animal. Ce parisien est diplômé des Beaux-Arts mais également professeur de graffiti et peintre décorateur d’intérieur.

Toujours dans la même rue je tombe sur une autre œuvre de Cost TPK avec ici un graffeur dans des tons foncés et un bleu bien soutenu. De passage rue Amelot, où se situe d’ailleurs le Cirque d’Hiver Bouglione, on retrouve un collage dont je n’ai pas pu identifier l’auteur. C’est un Mario bien suspect que l’on peut voir. En reprenant la rue Saint-Maur, on croise ces chiens (ou loups ?) peints dans les tons rouges par Mesa, un artiste espagnol qui peint plutôt des visages ou des corbeaux habituellement. J’ai pu dénicher un nouveau Clet Abraham, j’avais croisé d’autres de ses œuvres par ici. A cheval sur le 10ème et le 11ème, on retrouve le quartier de Belleville. Il y a les lignes 2 et 11 du métro qui y passent.

J’ai découvert un mini-quartier, Babelville, qui est en fait la contraction de « bas » et de « Belleville ». Des inscriptions sont disséminées un peu partout, colorées et joyeuses, l’accent est mis sur le paysage urbain, social et économique. Voici un lien vers un article qui détaille un peu plus cette initiative qui semble dater de juin 2017.

Je me trouve toujours dans la rue de la Fontaine au Roi, je passe devant la Cantine de Babelville, une cantine associative en partenariat avec la Coop Mijotée. Je n’étais pas partie pour y manger, mais en regardant le menu, ça m’a donné faim. Ce n’est pas cher du tout pour Paris, et c’est très très bon, je vous conseille vivement d’aller y faire un tour. On y retrouve pas mal de travailleurs et d’habitants du quartier, c’est une ambiance simple, les gens rigolent entre eux, pas comme dans certains lieux impersonnels type « Starbucks » où personne ne se parle. Mais paradoxalement, j’aime aussi ces derniers lieux quand ils sont calmes, ils permettent aussi de se ressourcer.

A lire aussi

Carnet pratique

 

  • Se restaurer

La Cantine de Babelville » 77 Rue de la Fontaine du Roi – 75011 Paris » Site

 

  • A voir

Palais du Commerce » 105 Faubourg du Temple – 75010 Paris

Le Mur » 107 Rue Oberkampf – 75011 Paris » Site

Pour certains arrondissements je suis partie un peu au pif, je n’ai pas été déçue de mes découvertes. J’ai beaucoup apprécié le Monkeybird, les œuvres en anamorphose, la fresque de l’Abbé Pierre, les œuvres de Flip ou bien encore le graffeur de Cost TPK. Quels sont vos street arts préférés ? En connaissez-vous d’autres dans ce secteur ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires